Jeunes pousses n°2, Tools Galerie

Pour la rentrée, la Tools Galerie nous propose une exposition didactique et éclectique pour éveiller notre curiosité et nous permettre de découvrir des nouveaux venus dans le monde du design.

Avec Jeunes Pousses, deuxième édition du genre, l’idée de la galerie est d’exposer à la fois un coup de cœur et de donner un coup de pouce à de jeunes créateurs souvent encore inconnus, fraichement diplômés de prestigieuses écoles (Ensi, Eindhoven,…), pour présenter et éditer en petites séries leurs créations. Autant d’approches différentes que de nationalités représentées pour aborder un renouvellement constant des formes toujours basées sur une typologie d’objets quotidiens (vases, tables, lampes, étagères ou assises).

Dans une scénographie toute en sobriété, nous découvrons les œuvres des six jeunes designers, certaines comme tout juste déballées, encore posées sur une palette de bois, insistant sur le côté expérimental et temporaire du projet. Pourtant chacune des œuvres relève d’un grand souci de recherche de la forme idéale. Pour exemple, la série de céramiques Mitose créées par Amba Molly, initiées selon le principe de la division cellulaire. Plus que biologique, c’est avec un regard cubiste qu’elle nous propose de repenser une jarre, une banale bouteille d’huile, une carafe en terre cuite et un pichet en plastique… Chaque morceau de l’élément d’origine prend un autre sens lors du nouvel assemblage donnant vie à neuf pièces uniques aux multiples angles de vue disponibles.

Selon le même principe de recherche formelle, le japonais Yuya Ushida repense un canapé, Sofa XXXX, devenu entièrement extensible, grâce à un ingénieux système de X en bambou. Malgré l’usage d’un matériau traditionnel et un assemblage entièrement réalisé à la main, une bonne connaissance des mathématiques et une modélisation informatique sont à l’origine de cette pièce. Cet usage du dessin numérique se retrouve presque inévitablement dans la phase de création du design aujourd’hui. Plusieurs des designers exposés régulièrement à la galerie y ont recours, comme Laurent Massaloux pour n’en citer qu’un.

S’appuyant sur un jeu de mot autour du nom de la galerie, Vincent Loiret a développé le projet *Outils *pour créer un ensemble d’objets issus de l’univers de l’atelier d’artisan, pas si éloigné que ça de celui du designer… Mais l’établi ici est immaculé, bois précieux de rigueur comme tout bureau qui se respecte, et les outils se transforment sous nos yeux. L’équerre devient une lampe de bureau en marbre, de même que le sous-main. La pointe de tournevis, sorte de presse papier de taille démesurée est entièrement plaquée or ! Pour compléter l’ambiance, un casier latéral à hauteur réglable et un faux miroir rappelant le verre dépoli d’un soupirail viennent compléter le décor de notre atelier. Le designer nous propose une réflexion sur le rôle de l’outil dans son travail et les fonctionnalités qui y sont associées. Pourtant, on a atteint ici les limites de l’efficacité, la forme n’étant plus fonction, l’objet dans sa démesure, sa préciosité ou son poids perdant son rôle d’assistant du créateur. Un joli retournement de situation !

L’autre jeune pousse française de la sélection, Geoffroy Gilliant, accorde une importance toute particulière aux fils de son luminaire 2084. Les trois câbles soutiennent la forme, comme les haubans d’une voile. Le tube lumineux suspendu peut ainsi se permettre des prises de position plutôt radicales, tantôt à l’aplomb de la paroi, d’autres fois en équilibre à peine appuyé du bout du tube … Le designer s’attaque aussi à la très classique étagère murale, proposant de l’insérer dans une buche, confrontant le métal au bois (AKSE). Pour créer sa Lighthouse, le grec D. Stamatakis oppose lui aussi bois naturel et matériau contemporain artificiel, en une forme fluide.

Enfin, seule la table de Maelan Delambre suggère une création industrielle, tant par son esthétique que par son matériau, le tube d’acier. Bien que relevant d’un important travail de précision, sa simplicité est toute déconcertante. On s’étonne presque de la trouver là…

Cette sélection de Jeunes Pousses donnera peut-être pour certains d’entre eux matière en vue d’une exposition monographique à la galerie dans les temps à venir. Pour le moment, on peut déjà noter leurs qualités prometteuses en attendant de voir si elles porteront leurs fruits.

Exposition du 9 septembre au 29 octobre 2011
Tools Galerie, Paris

*article également publié sur Paris-art.com