Sophie Taeuber Arp à la galerie de Sèvres

La galerie parisienne de la cité de la céramique de Sèvres nous propose de découvrir quelques pièces de mobilier inédites de l’artiste franco-allemande Sophie Taeuber Arp.

En collaboration avec les éditeurs de mobilier design Domeau & Pérès, la galerie de la Cité de la Céramique révèle quatre éléments de mobilier dessinés par Sophie Taeuber Arp dans les années 1920.

Première femme de Hans Arp, Sophie Taeuber Arp a débuté sa carrière artistique à Zurich en 1915-1916 au cabaret Voltaire, repère du tout jeune mouvement dadaïste, grâce à ses talents de danseuse. Parallèlement à son activité de professeur à l’école des arts appliqués, elle développe un art à la fois abstrait et constructiviste, influencé par les divers mouvements artistiques européens des années 1920. Seule ou avec son mari, Sophie Taeuber Arp crée des objets soit proches du monde des enfants, jouets de bois et poupées, soit participant au renouveau des arts décoratifs ou à la naissance du design, tapisseries et mobilier. Une de ses réalisations les plus connues est le café de l’Aubette à Strasbourg, à laquelle elle participe avec Hans Arp et Théo Van Doesburg. Par la suite, Sophie Taeuber Arp pense la décoration intérieure de plusieurs demeures en France, en Allemagne et en Suisse, et aussi parfois même l’architecture comme pour l’atelier-maison du couple à Meudon.

Dans la présente exposition, nous découvrons donc trois types d’étagères et un bureau de l’artiste apparemment inédits. Les rangements en pin du jura sont tous formés de longs casiers standardisés empilés par deux, trois ou quatre, avec ou sans piètement et éléments de liaison entre les casiers. Les couleurs, rouge/bleu/jaune et gris nous rappelle inévitablement le néoplasticisme de Mondrian ou le siège icône Zig-Zag de Gerrit Rietveld. La simplicité des formes et la sobriété des lignes nous sautent immédiatement aux yeux. Le bureau quant à lui, allie élégance et linéarité, bois naturel, laque couleur céladon, et boutons de cuivre. La modernité du meuble évoque d’autres contemporains de l’artiste comme Pierre Charreau ou Mallet-Stevens.

Parallèlement, la Cité de la Céramique présente également des vases de Hans Arp, trois séries de douze pièces mises en œuvre en 1968 lors d’une collaboration de l’artiste avec la manufacture, et terminées seulement en 2008. Ces vases en porcelaine portent des noms évocateurs comme Objets casaniers, ou Amphores de rêve. Des tableaux de François Nugues, artiste contemporain, sont également proposés comme autant de variations abordant par le biais du numérique le travail de Sophie Taeuber Arp.

Pourtant, sous le couvert d’une exposition sur les prémices du design chez Sophie Taeuber Arp, Sèvres nous propose avant tout une vitrine commerciale de Domeau & Pérès. La première des raisons en est l’édition récente des pièces exposées. La deuxième raison d’émettre des réserves résulte de l’absence totale de source de provenance des pièces. En effet, jamais il n’est précisé au visiteur pour quel lieu ont été pensés ces meubles, aucun dessin de l’artiste ne vient illustrer son travail, aucune archive… En quoi ces pièces sont-elles inédites ? Pourquoi ? Autant de questions restées sans réponse… On regrettera ce manque d’informations. Néanmoins, l’exposition est l’occasion de revenir, hélas trop rapidement, sur les créations en arts décoratifs d’un couple d’artistes très complets à redécouvrir !

Exposition du 7 septembre au 8 octobre 2011
Galerie parisienne de la cité de Céramique-Sèvres
4 place André Malraux, 75001

**article également publié sur Paris-art.com *