Les frères Dhénaut pendant la Grande Guerre

En poursuivant mes recherches sur la famille de ma grand-mère maternelle, les Dhénaut, origiaires du Nord autour de Somain, j'ai découvert que mon arrière grand-père avait combattu pendant toute la Grande Guerre, mais également plusieurs de ses frères.

L'aîné Emile Dhénaut, né en 1892, a été exempté pour une raison qui m'est inconnue de service militaire. Peut-être du fait de son titre d'aîné d'une famille de 7 enfants, 7 garçons!

Le cadet Hubert, mon arrière grand-père, j'en ai parlé précédemment, est mobilisé dès 1914, pour ses 20 ans, et jusqu'en 1919. Il a participé à toutes les grandes phases du conflit : l’Aisne de fin 1914 à 1916, Verdun de fin février à avril 1916, puis la Somme à l’été 1916, l’Aisne à nouveau, enfin le Chemin des Dames en avril 1917.

Le suivant Bertrand aura moins de chance. Mobilisé avec la classe de 1916, il a été soldat de 2ème classe dans le 17ème régiment d'infanterie. Il est déclaré "Mort pour la France" le 30 septembre 1918 lors de la bataille de Somme-Py dans la Marne. Il aurait rapporté sous le feu ennemi une mitrailleuse St Etienne et des documents importants pris sur le corps d'un soldat allemand. Il a reçu la croix de guerre avec insigne du régiment.

Le quatrième garçon de la fratrie, se prénommait Oscar. Il a lui aussi participé au conflit mais sur le tard, sa mobilisation n'ayant eu lieu qu'au printemps 1919 jusqu'à l'automne.
Les enfants suivants n'ont pas participé au conflit du fait de leur jeune âge, Urbain né en 1900, Victor né en 1903 et Paul en 1905.

Un de leur cousin a également été tué au combat. Célestin-Henri Dhénaut, né 1888, faisait parti du 19ème régiment de Chasseurs de Douai, en tant que sergent. Il est déclaré "Mort pour la France" le 24 juin 1916, suite à une offensive majeure au Bois de Vaux-Chapitre, tout près de Verdun.